Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 septembre 2012 6 29 /09 /septembre /2012 23:33
hamamiOui c’est du zèle puisque des centaines d’autres enfants portent ce joli prénom berbère et amazigh qui veut dire bouclier. Nous apportons aussi un démenti cinglant à ceux qui se cachent derrière la nomenclature officielle des prénoms autorisés pour leur dire que d’après nos renseignements , il existe 1261 prénoms de filles sur les registres d’état civil et non autorisés rien que dans la wilaya de Tizi ouzou. Pour contredire les zélés, nous signalons que la législation algérienne n’interdit que les prénoms juifs et ceux vulgaires, pouvant porter atteintes à la personnalité de ceux qui les porteront. Mais nous savons que seuls gênent les prénoms pouvant nous renvoyer à nos origines berbères. A travers ce déni identitaire n’a-t-on pas voulu éviter tous les boucliers qui mènent à l’arabisation et l’islamisation forcées d’une Kabylie récalcitrante  et ce au moment même ou le Baath s’écroule en Syrie. 
 
A-t-on choisi la cible en sachant que Mr Hammami Mourad ne se taira pas lui qui a la virulence du verbe envers ceux qui nous gouvernent ? Est-ce une provocation de plus ? Oui cela pourrait-être une allumette de plus envers la botte de paille kabyle. Beaucoup de prénoms importés de lointaines contrées a l’image du Pakistan et de l’Afghanistan sont tolérés parce qu’ils ont une connotation arabo-religieuse. Nous préférons laisser parler le père dont voici les réponses qu’il a bien voulues nous adresser.
 
Où on est-t-on avec l’affaire du prénom de votre fils ?
Depuis que j’ai déposé un dossier de recours au niveau du procureur de Tizi-Ouzou, le 20 septembre dernier, j’attends la réponse. D’après la personne qui a reçu mon dossier, les juges ne se réunissent qu’une fois par semaine ou quinze jours. Donc j’attends tout en espérant que les juges vont corriger l’injustice et la bureaucratie de la mairie de Tizi-Ouzou.
 
Avez-vous vu le Président de l’APC de Tizi-Ouzou ?
Non pas du tout. Dans un climat pareil qui caractérise cette mairie de Tizi-Ouzou, je ne pense pas qu’ils existent beaucoup qui penseraient à solliciter les services du maire. Je me suis contenté d’encaisser l’accueil froid et autoritaire de cette femme qui était ce jour là au guichet de l’état civil. Je pense que cette employée ne fait qu’appliquer les directives du maire. Car sa réponse devant mon insistance est claire : soit je change de prénom de mon fils ou que je dépose un dossier au niveau du procureur, arguant que le prénom  Aylan, ne figure pas sur cette fameuse liste officielle qui était à sa disposition. Je ne suis certainement pas le premier à être victime de cette injustice, le maire ne peut pas ne pas être au courant. Si c’est le cas c’est grave. 
 
Ce refus est-il convaincant ?
Non pas du tout. C’est une injustice, un abus de pouvoir, un mépris vis-à-vis du citoyen, de la bureaucratie de la part de cette fameuse mairie de Tizi-Ouzou. Je peux apporter des dizaines d’extraits d’actes de naissances d’enfants portant le prénom Aylan. L’Algérie est une seule république ou pas ?
 
Comment expliquer cette différence d’une mairie à une autre ? Comment  a-t-on confectionné la fameuse nomenclature des prénoms dans cette mairie ? De quel droit peut-on refuser à un parent de donner le prénom de son choix à son enfant ? Si cette liste existe, est-elle actualisée lorsque l’on sait que chaque année de nouveaux prénoms apparaissent ?
Je suis journaliste, donc je peux communiquer et tenter de dénoncer et me défendre, mais combien de citoyens anonymes et impuissants sont victimes chaque jour de cette injustice dans les différentes administrations algériennes. Je trouve  que le refus de cette mairie est un exemple concret du mépris et de l’excès de zèle qu’on affiche envers les citoyens. L’affaire de mon fils qui a déjà fait le tour dans les réseaux de communication et dans plusieurs journaux n’est qu’une partie apparente d’un iceberg qui s’appelle la bureaucratie, l’excès de zèle, la cacophonie, l‘anarchie, le laisser aller qui caractérisent nos administrations particulièrement dans les villes à forte concentration de population.
Je vous invite à visiter la mairie de Tizi-Ouzou. C’est un lieu qui ressemble à tout sauf à une administration. Des locaux lugubres, sales, du papier peint, vétuste qui se décolle, des toiles d’araignes, l’affichage sauvage, les queues interminables, des boxes éventrés, des altercations, la tension et ce, tous les jours que dieu fait.
L’Algérie a-t-elle recouvré son indépendance pour se retrouver dans de pareilles situations?  Doit ton payer pour un extrait de naissance. Avec tous les moyens humains et matériels dont elle dispose, cette mairie ne pourra-t-elle pas informatiser son administration ?
Qui a intérêt a ce que cette anarchie perdure, et que cette gestion archaïque soit maintenue injustement.
De quel droit peut-on refuser sèchement à un père de famille le prénom qu’il a choisi pour son fils, sans lui présenter les explications valables et convaincantes. 
 
En cas de réponse négative de la justice, comptez-vous donner un autre prénom à votre fils ?
Je ne pense pas changer de prénom. Ce n’est pas un groupe de personnes qui peuvent imposer des lois au nom de toute une république. Et tout au fond de moi j’ai confiance en la justice. Car ils doivent certainement être au courant de ces injustices. Certainement je ne suis pas la première victime et je ne serai pas la dernière. Il n y a pas de raison qu’on me refuse ce prénom. Tout d’abord ce prénom existe et il est porté par beaucoup d’enfants. Mais aussi même si ce prénom est nouveau, ils doivent l’accepter car c’est un prénom purement berbère, qui signifie « Le Bouclier ».  Et la racine de ce mot Amazigh signifie « Vie et Existence ». Et encore, Tamazight ou la culture berbère est officiellement dans la constitution algérienne. Je suis un citoyen et je suis déterminé à défendre ma citoyenneté et défendre mes droits et ceux de mes enfants
 
Et pour conclure ?
Tout d’abord je remercie tous ceux qui m’ont soutenu dans cette affaire. Ça réchauffe mon cœur et m’encourage à lutter pour le droit de mon enfant. Je remercie particulièrement les amis de Facebook qui ont relayé cette information, les nombreux titres de presse qui ont évoqué cette affaire, Kabyle.com, ainsi que la Ligue des Droit de l’Homme de Tizi-Ouzou.
J’appelle les responsables concernés à se pencher sur la situation dramatique dont laquelle se trouve la mairie de Tizi-Ouzou, où le citoyen et les employés sont livrés à eux même. Je lance un appel aux responsables de l’administration judiciaire pour accepter le prénom de Aylan pour mon fils et ce conformément aux lois en vigueur dans notre pays.

In Kabyle.com
-------

Partager cet article

Repost 0
Published by Madjid - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Recherche