Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2015 3 29 /04 /avril /2015 19:08
Bouira: Marche pour la dignité et pour la liberté de la presse

Pourquoi une marche ? Le 3 mai prochain, à l’occasion de la journée mondiale de la liberté de la presse ; nous, correspondants et pigistes de la presse écrite de Bouira affiliés au SNJ, et d’autres confrères non affiliés, avons décidé de marcher pour plusieurs raisons : D’abord pour rappeler au monde entier que nous existons.

Nous sommes, ces centaines, ces milliers de correspondants de la presse écrite qui travaillons dans l’ombre ; ces soutiers de la presse qui faisons le journal à hauteur de 70 % mais qui sommes les moins payés, les moins considérés. Nous sommes là, tels ces chandeliers qui portent les bougies. Nous sommes les parents pauvres de la presse, les marginaux de la presse. Pourtant, du point de vue travail ; nous fournissons le même effort que nos confrères des rédactions centrales et nous subissons les mêmes pressions avec en plus la solitude. Nous sommes passibles des mêmes fautes et nous encourons les mêmes peines; nous sommes du point de vue de la loi au même pied d’égalité que ceux des rédactions centrales. Mais … Aussi, le dimanche prochain, nous appelons nos confrères et nos consœurs des autres wilayas à nous rejoindre pour dire ensemble :

Non à la marginalisation - Non à l’exploitation du correspondant et du pigiste de la presse - Oui à une équité salariale - Oui pour une déclaration à la sécurité sociale pour tous.


Nous serons là pour réclamer nos droits car nos devoirs, nous les honorons au quotidien. Nous serons là pour exiger des instruments juridiques pour l’application d’une équité salariale entre la presse publique et la presse privée. Presse publique – Presse privée : Même profession = Même rémunération.


Ensemble pour dire tout simplement :

Oui pour la dignité du journaliste - Oui pour la dignité du correspondant - Oui pour la liberté de la presse - Oui pour une formation continue - Oui pour une vie décente - Oui pour une presse qui fasse honneur aux martyrs de la profession : Djaout – Yefsah – Rachida – Naima – Saida – Allaoua – Olivier Quemeneur …

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Recherche