Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2013 4 11 /07 /juillet /2013 02:10

ORAN : Confession douloureuse d’un parent d’enfant adopté. 
« Les droits des enfants adoptifs en Algérie bafoués »

 

enfants-adoptifs.jpg

 
ODH Tizi-Ouzou: « Tout enfant a droit à un nom, une nationalité, à l’éducation, à l’assistance médicale, et un foyer .C’est la tache de l’état de veiller a ce que les enfants qui se trouvent en situation d’abandon totale a cause de la mort de leurs parents, ou de leur irresponsabilité, reçoivent toutes les opportunités pour achever leur développement intégral et leur réalisation personnelle »  Déclaration des droits de l’enfant. 

 
L’histoire incroyable d’un professeur d’université élisant domicile a Oran, Mr R.M, dont nous avons volontairement changé les initiales, et ce, suite a sa volonté de garder l’anonymat, et un éminent chercheur universitaire quelques part dans cette institution a l’ouest de l’Algérie profonde, est digne d’une cytologie écœurante, car on n’imaginait pas que de telles choses puissent encore exister chez nous en 2013.
Apres plusieurs tentatives de toucher par correspondance (une dizaine de lettres accompagnées bien sur de timbres coupon réponse), pour faciliter le traitement rapide quant à l’envoi de deux extraits de naissance de son fils adoptif, par les services de l’état civil de l’assemblée communale de Bechar, ont été sans suite.    Le professeur R. M, cette personne appelée ‘Kafil’ou père nourricier, avec un enfant presque sans identité, ni mention sur ‘le livret de famille’ en age d’être scolarisé, risque sérieusement de voir l’inscription de son fils refusé a l’école maternelle, du fait qu’il n’a pas d’acte de naissance, ni autre document administratif, sauf un tas de paperasse des services de la ’DAS’ d’Oran ,(Direction de l’action sociale).
La problématique de la garde de l’enfant, communément appelé le’ Kafil’ ou les obligations de ce dernier, n’ayant aucun droit sur lui, il rencontrera de grandes difficultés a l’occasion de certains actes concernant son pupille .Cela nécessitera beaucoup de démarches et une perte de temps manifestement garanti, a l’exemple de ce qui s’est passée au cours de ce voyage escarpée a la wilaya de Bechar. Notre interlocuteur accompagné de son fils adoptif, âgé à peine de six printemps, arrive vers 12h30mn dans l’après-midi de ce mois torride de Juin de l’année en cours, en se rendent directement à l’état civil de l’apc de ladite commune pour retirer deux malheureux extraits de naissance de son enfant adoptif.
Apres une « queue leu leu », de plus de trois heures devant des guichets pris d’assaut par les citoyens, a l’image de ce qui se passe dans la plupart des villes du pays, l’infortuné Mr R.M, s’est vu confronté a l’un des préposés aux guichets qu’il lui a exigé le livret de famille pour l’établissement de tous documents administratifs, actes de naissance ou de mariage. Vraisemblablement le préposé aux guichets tourné en rond pour soutirer la fameuse dime a notre professeur, qui a très bien compris le message arrogant de cette forme de corruption des trottoirs. 


« Si ne pas avoir de certificat de naissance peut rendre la vie très difficile dans une communauté établie, qui a ratifié, pourtant, la convention sur les droits de l’enfant, se voir refuser une preuve d’identité en dehors des frontières de son propre pays natal revient à être relégué dans le néant de l’apatridie. Et le non enregistrement de ces enfants dans le livret de famille des parents adoptifs accroît leur vulnérabilité en interférant avec la mise en œuvre de leurs autres droits bafoués en Algérie, », lance Mr R .M, qui éprouve visiblement de la peine à contenir sa colère.


Il a fallu, l’intervention d’une personne influente pour ramener a la raison l’irascible préposé aux guichets, pour lui faire inculquer que « l’enfant Kafil », c’est-à-dire adoptif, vu la loi islamique quant a la l’adoption expressément interdite par le droit musulman, ne peut être consigné « malheureusement » sur le livret de famille avec ses parents adoptifs.
Abasourdi par cette discrimination des droits civils qui en dit long, Mr R.M, qui a vu de toutes les couleurs en compagnie de son fils adoptif au cours de cette après-midi ballottée entre les préjugés des uns et la faiblesse des textes pour une meilleure protection de l’enfance, pourrait se poursuivre longtemps. 
La mésaventure de notre « conférencier », qui a eu la malchance d’être victime d’une façon insidieuse, fallacieuse et systématique via des mentalités rigides, corrompus et irresponsable s’est considéré une seconde fois transgressé par des vocables plus mortifiantes que des balles.
Cette odyssée reprend de plus belle pour notre orateur apparemment désabusé par les uns et les autres, a pris une autre tournure, ou notre éminent professeur qui, en voulant réserver dans un hôtel pour se reposer et reprendre le lendemain la route vers Oran, le réceptionniste a exigé la présentation du « livret de famille », et ce, pour justifier le lien de parenté de l’accompagnateur de l’enfant sur la fiche de police.
Après, avoir beau lui expliquer sa véritable appellation de « Kafil », tout en exhibant, le morceau de papier qui sert d’acte de naissance, tire son origine à diverse humiliations dont a été victime Mr R.M avec son petit bout de choux, symbole de la pureté de l’innocence. Une humiliation !
Voyant un niet catégorique affiché de la part du réceptionniste malveillant, qui a exagérément insisté sur ce document en question, a vu notre interlocuteur déguerpir pour prendre le premier autocar au cours de cette même fin de journée en partance vers Oran.
Il convient enfin de souligner que cette injustice entraîne une insécurité juridique et, partant, le déni d’un aspect essentiel de l’état de droit qui reconnaît les droits de l’enfant.


Mr R.M, qui a juré de quitter le pays ,s’active malheureusement a faire des démarches pour s’ installer en Amérique du nord, en compagnie de son épouse et de son enfant, sera sûrement mieux considéré et respecté comme une adoption plénière dans les pays qui se respectent, toute en respectant les droits des enfants sans distinction. Le législateur et les autorités de ce pays devraient se consacrer de toute urgence à la recherche ciblée de solutions aux défaillances du système administrative et judiciaire existant, quand des parents parcourent ,400,600,1000 et 1200 kilomètres pour se faire remettre un extrait de naissance , en plus des abaissements et des tabous qui en disent long. A quand un ministère de l’enfance en Algérie ? A quand la mention des enfants adoptifs sur les livrets de famille en Algérie ?


En attendant les droits des enfants adoptifs en Algérie sont autant bafoués, que certains parents adoptifs usent de tous les stratèges pour arranger à faire inscrire les enfants apatrides sur le livret de famille, pour ne pas être traité de la même manière de notre éminent Professeur par de piteux bureaucrates qui pullulent nos institutions rampantes et autres administrations exécrés, qui voient de l’argent de poche partout chez les administrés.

 

Manseur Si Mohamed pour l'ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Manseur Si Mohamed - dans Actualité
commenter cet article
3 juillet 2013 3 03 /07 /juillet /2013 15:59

mezianeL’Observatoire des Droits de l’Homme de Tizi-Ouzou vient d’apprendre que le militant et blogueur Meziane Abane a été interpelé aujourd’hui mercredi 3 juillet, par les services de police lors de sa couverture d’une manifestation ce matin à la place Audin à Alger à Alger centre de candidats « tricheurs » au BAC.


« J’ai montré mon ordre de mission au policier, et j’ai lui dit que je ne fait rien qu’exercer mon travail de journaliste mais on m’a insulté et embarqué avec plusieurs personnes présentes sur place, même des passants qui n’ont rien à avoir avec la manifestation.  On nous a embarqué dans un fourgon de police ou nous avons passé plus d’une demi-heure ». Nous a déclaré Meziane Abane par téléphone.

 

Madjid pour l'Observatoire des Droits de l'Homme de Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article
24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 16:52

ODH Tizi-Ouzou : Le journal electronique Tamurt.info a démenti l’information raportée ce matin par l'APS et certains médias concernant l’enlevement d’une jeune fille de Michelet. Un article de TSA concernant l'affaire a été publié sur l’Observatoire des Droits de l’Homme de Tizi-Ouzou.

 

Selon Tamurt.info, aucune personne n’a été enlevée dans la région et cette information « est une pure fabulation et les journalistes qui ont rapporté cette fausse information n’ont pas vérifié leur source. »

 

Madjid pour l’ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 13:58

SNC-LAVALIN.jpg

 

« La chute d’un empire ? »

ODH Tizi-Ouzou: L’absence notable de la Sonatrach tout au long de la manifestation du 3eme salon internationale de Hassi Messaoud ‘fournisseurs de produits et services’,a été révélateur qu’une affaire fait grand bruit avec un effet négatif qu’elle pourrait avoir pour l’image de marque de cette grosse boite , mais aussi de la nébuleuse sérieuse SNC-LAVALIN, pourtant sponsor conséquent de ce troisième salon international ou le pavillon dressé dans ce contexte festif a servi en fin de compte en une salle de rédaction ouverte aux confrères de la presse écrite ,parlé et filmée présentent en force dans cette foire .

 
En effet, Le troisième salon internationale de Hassi Messaoud ’Fournisseurs de produits et services’ qui a été sponsorisé entièrement par le géant aux pieds d’argile ‘SNC-LAVALIN ‘, sera le début d’une fin annoncée du groupe multinationale Canadien, ou des informations des plus bouleversantes ont circulées au cours de cette manifestation. On avait annoncé en grande pompe une conférence de haut niveau qui sera conférée par une personnalité influente du cartel en question, finira en fin de compte en queue de poisson, pour se terminer en une sorte de collation ou plutôt ‘b to b’ pour coder les quelques centaines de fournisseurs présents au cours de cette 3eme édition international, pour ses besoins marchands. C’est à dire une sorte d’appels d’offres virtuels ou des fournisseurs éventuels seront retenus par ‘SNC-LAVALIN’, dans le cadre de probables recherches des relations de partenariats.
L’entreprise Montréalaise ‘SNC-LAVALIN’, c’est du gros assemblage par rapport a ses concurrents y compris les autres intermédiaires se trouvant sur le territoire national, ou SNC-LAVALIN, a su centraliser une perspicacité de cohérence pour dégager une vision claire de l’avenir du cartel dans le domaine pétrolier en Algérie, se trouve confronté a des dérapages incontrôlés. Les supposés affaires de corruption, dont la presse Québécoise et Algérienne font échos, et qui touchent en plein fouet cette importante société canadienne, a vu au cours de ce troisième salon internationale de Hassi-Messaoud ‘Fournisseurs de produits et services’, ayant directement un lien avec le secteur émergent pétrolier, une absence remarqué de SNC-LAVALIN’, accusés de tous les mots et les maux. Tous les inventaires étaient achalandés au cours de ce troisieme salon international pour faire monter les indices ou des informations très grave sur ces a ffaires a répétition, d’ailleurs a prendre avec des pincettes, et dont on se refuse sincèrement à en faire un thème de propagande pour des considérations d’éthique et de déontologie .

Tous les subterfuges sont utilisés 

Dans ce contexte navrant, nous laissons le soin aux décideurs qui sont autour de la table de décisions de confirmer ou d’infirmer ces déclarations et autres allégations qui n’honorent nullement cette supposée corruption systématique et impunie, révélatrice du système des grosses commissions, qui a touché plusieurs ministères et autres grassouillettes opérations dans des entreprises publiques de renom. Dans ce contexte de désolation, des petites sociétés de service espagnol, a l’exemple de ‘Hostel Grup’, une entreprise familiale sise a Valencia dans la province de Barcelone, parait-il, spécialisé dans le domaine des solutions intégrales pour la restauration et l’hôtellerie, et dont notre pays ne manquent de ces pools de prestation qui sont complètement mis a l’écart des affaires pour des considérations que tout le monde connait, a vu ‘Hostel Group’, arraché un marché conséquent en devise étrangère a Hassi Messaoud grâce ou via un coup de pouce d’une société étrangère activant dans le secteur pétrolier et gazier au sud algérien, dont on se taira le nom. Les affaires sulfureuses de cette rondelle du donnant-donnant ne manquent pas de piment, où tous les coups de main façonnent la cocotte grandiose des amitiés à leurs manières. 

Corruption et grosse pointure 

Dans le même contexte des plus conspirant , il a été question de la part de plusieurs exposants et autres sociétés étrangères sur la problématique de la ‘ règle du 51 /49 ’ dans le domaine de la production, dans le domaine des services c’est l’obligation de céder 30% de parts dans le capital a un partenaire local ou national sous prétexte technologie, a été discernée comme une forme directe de corruption ou seules des grosses pointures sont admis dans cette véritable loterie. Des personnalités importantes qui se trouvent dans la hiérarchie des décisions ont été systématiquement citées au cours de nos différentes visites de travail dans les pavillons étrangers et nationaux, sur la problématique de la recherche d’un partenariat ou de forts soupçons de corruption sont étalés sous le chapiteau de la foire international de Hassi-Messaoud, dans ce qui se passe dans les dédales des transactions douteuses via les principaux acteur s et autres intermédiaires voraces sur un secteur hautement stratégique et de souveraineté. 
Des français rencontrés au cours d’un en-caso, n’ont pas été surpris par les déclarations des uns et des autres qui ont berné tous ce beau monde présent au cours de cette manifestation des plus mouvementés, en nous déclarant en ces termes : « La corruption en Algérie, comme a l’ensemble de l’Afrique du Nord n’est pas seulement ponctuelle, mais elle est surtout systémique et structurelle. Les scandales dont ont fait echos, ne se déroulent pas uniquement en Algérie ou des présumés sociétés’ Européennes et nord Américaines’, font et défont l’actualité pour l’obtention des marchés publics. »
Les Anglais, qui ont signés par leurs actes de présences, d’ailleurs, en force dans cette manifestation, ne sont pas restés flegmes, comme ils sont souvent taxés, savent qu’ils ne peuvent pas ignorer les préoccupations environnementales des affaires sulfureuses en Algérie, ne sont pas allés par les quatre chemins en nous déclarant en ces termes : « Restent les questions : pourquoi attendre tant d’années pour juger des affaires de corruption ? Pourquoi les choses tardent –elles tant ? Quels sont les intérêts qui se cachent derrière ces lenteurs ? Tout cela éveille en nous beaucoup de soupçons sur la question d’une prétendue recherche des relations de partenariats en Algérie. » 

 
« Selon ce qu’on a annoncé dans la presse étrangère et algérienne dénote peut être, a mon avis par lâcheté, omission ou connivence parce que le fait de proroger l’enquête sur une pratique de corruption constitue une autre corruption. », dira un américain, qui a voulu garder l’anonymat, représentant du bureau Afrique du Nord d’une grosse société dans le secteur fournisseurs de produits et services.
Dans les allégations finales des hommes d’affaires étrangers provenant de plus de 25 pays qui ont foulés le sol de Hassi-Messaoud, on a appris parmi ce gros lot, que le financement des affaires qui sont conclus dans le cadre des avis d’appels d’offres et autres gré a gré pour la plupart forcés ,sont injectés dans des comptes nationaux et autres binationaux algériens sise a l’étranger.


Les ambassades, véritable tiroirs caisse 


D’autres, ont attestés que certaines ambassades accrédités en Algérie via des diplomates qui servent de relais, a l’exemple de certaines ambassades Asiatiques, de l’Europe de l’est y compris de la communauté économique européenne alimentant des intermédiaires pour le compte des grosses pointures nationaux dans des affaires du ‘donnant-donnant’, aux contours de différents porteurs notamment de fournisseurs d’équipements, de services de partenariats et investissements. Les affaires de corruption qui ont défrayées la chronique ces derniers temps dans notre pays, ou des responsables intervenants dans des secteurs stratégiques et névralgiques demandent carrément des grosses commissions en échange de quoi, des sociétés étrangères seront aidés pour l’obtention de marchés publics, a l’exemple de l’affaire SAIPEM, SNC-LAVALIN, le constructeur Canadien Bombardier, Tassili Air Lines ,Sonatrach , Sonelgaz etc. … Ou selon les info rmations qui ont filtrées au cours de ce troisième salon international de Hassi Messaoud, ont été analysés comme étant une partie cachée de l’iceberg. Un secret de polichinelle ! Plusieurs professionnels rencontrés, qui évoluent autour de ce secteur stratégique, donnent leur appui a la clarification que d’autres cas de corruptions plus importantes seront étalées au grand public afin de masquer ou même d’oublier ce qui a été allongés dans certains journaux comme appât a un lectorat écœuré par tant de manifestation très périmée du système corrompu dans lequel nous cohabitons ,et qui parait-il,est tombé dans l’indifférence et l’oubli .Pour conclure, nous assistons aujourd’hui au cumul de l’opportunisme et de l’hypocrisie qui ont tant terni le pays par des affaires ou seul les initiés tirent les dividendes et autres gros bakchichs pour faire prospérer a des fins occultes leur entreprise criminelle. N’est-il pas vrai, que da ns un système politique libéral réglé par le marchandage, tout appartient aux trafiquants ? Ou va notre pays ?


De Mascara Manseur SI MOHAMED pour l'ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Manseur SI MOHAMED - dans Actualité
commenter cet article
22 juin 2013 6 22 /06 /juin /2013 13:15

Les directeurs d’unités ONCV, tirent à boulets rouges sur le chef de file.


ODH Tizi-Ouzou: Décidément le bras de fer entre la majorité des directeurs d’unités ‘ONCV’ et le tout nouveau directeur général de cette importante office de commercialisation des produits vitivinicoles a pris une autre tournure, et ce, suite a une séance de travail tenue le lundi 17 du mois en cours a Alger, dans les bureaux de Mr .Président du Conseil d’Administration de l’ONCV.


A l’issue de cette réunion de travail, les directeurs des unités, longtemps plongés dans un mutisme, sortent progressivement de leur torpeur pour dénoncer une part d’indignation à l’égard des systèmes représentatifs planter par le directeur général via la solde de certains maitres penseurs du ‘SGP-SGDA’,dont un membre a été relevé de ses fonctions ces derniers jours ,d’ailleurs, pointés du doigt par les directeurs des unités.

Ce schéma est en encore au stade des déclarations bouillonnantes, ou selon un communiqué émargé par les différents directeurs d’unites, dont une copie nous a été transmise le jour même de la tenue de cette réunion a notre rédaction, fait situation de la déperdition préjudiciable de l’office ,sans omettre la mauvaise gestion dans la stratégie ou le plan commerciale, et dont les rédacteurs du communiqué adhèrent avoir a plusieurs reprises ’dénoncés’ a qui de droit. En vain…
L’office de commercialisation des produits vitivinicoles(ONCV), a hérité depuis l’intronisation du tout nouveau président directeur générale, qui a fait que la majorité des directeurs unités et certains cols blancs affairistes du ’SGP-SGDA ’, ont une certaine méfiance les uns vis-à-vis des autres.
Les interventions, les ingérences intempestives et comminatoires du directeur générale et certains cadres du ’SGP-SGDA’, ont été consignés dans le communiqué, a l’exemple de cette étrange note de service daté du mois de novembre 2012, signé par le tout nouveau directeur générale a la l’unité de Mascara, interdisant toute transaction commerciales avec les clients de Bejaia. Cette note des plus inimaginables, a conduit à une perte ou plutôt un manque à gagner estimé à plus de dix(10) milliards enregistré durant l’année 2012, selon les signataires du communiqué. Sortir de cette situation des plus infâmes nécessite aussi une refonte complète au sein de l’office par des mécanismes de bonne gouvernance et l’instauration d’une culture de la transparence et de la responsabilité, adossée à une véritable capacité de contrôle et d’évaluation des politiques de gestion au sein de cette importante entreprise. Dans ce contexte déplora ble, il y a lieu de mentionner que les signataires du communiqué ont dressé un portrait douloureux sur la question du ‘régionalisme’ effarant qui plane au sein de la direction générale de l’office.


En plus d’un régionalisme frappant des plus absurdes, il y a lieu de mentionner que plusieurs directeurs d’unités et autres responsables syndicaux font les frais de cette politique de la terre brulée, ou des pressions et autres formes de chantages sont classiquement débités, ce qui commence sérieusement a fragilisé l’office national de la commercialisation des produits vitivinicoles.


Pour conclure, la majorité de la coordination des directeurs des unités de l’ONCV, qui sont monté au créneau au cours de ce mois de juin, refusent carrément de cautionner la dérive, dont ils publient comme étant ’régionalistes’ rompus par le directeur général et certain col blancs membres du ‘SGP-SGDA’, tout en demandant le départ du directeur général de l’office, et ce, pour la préservation de l’entreprise, contre toute attaque autonomiste. Enfin, selon les déclarations d’un responsable joint par téléphone ce jeudi 20 juin 2013, qui abandonne en ces termes : « si aucune réaction des décideurs ne parvient à satisfaire notre plate forme revendicatif dans les délais fixé, nous rentrerons en grève illimité à compter du dimanche 23 juin ! » (Nous y reviendrons) 


De Mascara, Manseur SI MOHAMED pour l'ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Manseur SI MOHAMED - dans Actualité
commenter cet article
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 15:18

L'entrée du siège de la wilaya de Tizi Ouzou a été, ce lundi 17 juin, le théâtre d'affrontements entre les forces antiémeute de la police et des habitants de la cité 400 Logements de Draâ Ben Khedda, venus protester contre la construction d'une coopérative immobilière à l'intérieur de ce qu'ils décrivent comme un espace vert de leur cité.


Les manifestants tentaient de procéder à la fermeture du siège de la wilaya pour faire entendre leur voix lorsque la police est intervenue en usant de matraques. Les manifestants ont riposté à coups de pierres. Une grande tension continue de régner devant le siège de la wilaya, après la fin des escarmouches vers 13h.


C’est la troisième fois en deux semaines que les habitants de la cité 400 Logements de Draâ Ben Khedda, à 10 km à l'ouest de la ville de Tizi Ouzou, procèdent à la fermeture du siège de la wilaya. La dernière action remonte au 11 juin dernier. L'administration n'a toujours pas répondu à la revendication des protestataires, qui affichent leur volonté d'aller jusqu'au bout pour obtenir l'arrêt des travaux de cette construction au milieu de leur cité.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
17 juin 2013 1 17 /06 /juin /2013 23:56

Kamel-Chitti---MAK.jpgODH Tizi-Ouzou : Le cadre du Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK) Kamel CHITI passera demain 18 juin, en justice à la cour de Tizi-Ouzou. Selon le MAK, l’arrestation et l’incarcération du membre de son bureau  exécutif « reposent sur un dossier vide, prétextant une prétendue plainte qui n’a jamais été déposée à son encontre ».


Selon Me. Fatiha Rahmouni, l’avocate de Kamel CHITTI, Kamel a été interpellé par les services de police de Tizi-Ouzou dans un barrage pour « conduite en état d’ivresse » puis il a été transféré au commissariat pour un autre délit «  non obtempération à la police » et cela pour prise de sang pour déterminer le taux d’alcoolémie dans son sang.


La même source a déclaré aussi que Kamel CHITTI « a été victime d’un complot  ourdi dans les milieux policiers hostiles au MAK. Ces derniers auraient prétexté un mobile fallacieux « délit de fuite » ce pour justifier publiquement son interpellation dans un chek-post de la police à Tizi-Ouzou sous motif qu’il aurait télescopé un véhicule  en amont de son voyage. ».


Deux rassemblements de soutien sont prévus demain. Un devant la cour de Tizi-Ouzou à 9h et un autre devant l’ambassade d’Algérie à Paris à 17h. Et sur la toile, une pétition est lancée par l’association Kabylo-allemande et un groupe facebook est créé en guise de solidarité avec le militant du MAK.


Madjid pour l’ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 19:16

Des dizaines de chômeurs ont marché, dans la matinée de ce samedi 15 juin, de la Maison de la culture Taos-Amrouche vers le siège de la wilaya de Béjaïa, dans le calme, pour réclamer du travail, en scandant des slogans politiques, a-t-on constaté sur place.

« Sellal, vous êtes un menteur, où sont les postes d’emploi (promis aux chômeurs) », « Le citoyen souffre et c’est le FMI qu’on aide », « Basta à la hogra, au détournement des milliards et à la marginalisation des jeunes », scandaient-ils.

Outre les chômeurs venus de Ouargla, d’El Oued, de Laghouat et d’Alger, des syndicalistes, des militants politiques, des travailleurs du pré-emploi et des étudiants ont participé à cette manifestation du Comité national pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC). « Nous sommes là en tant que futurs chômeurs », ironise Adel de la Coordination autonome algérienne des étudiants (Cnae). « Et puis la situation de l’Université est indissociable de ce qui se passe à l’extérieur », ajoute son camarade.

A l’esplanade de la Maison de la culture et tout au long du trajet parcouru par les manifestants, aucun dispositif sécuritaire n’était visible. « Le pain, le travail, la démocratie », « Demandez des comptes à Chakib Khelil, demandez des comptes à Saïd Bouteflika ! », « Y en a marre de ce pouvoir » continuaient-ils à crier tout au long de la marche. Une fois devant la bâtisse, où quelques policiers étaient déployés, plusieurs militants ont pris la parole pour rappeler le caractère national du combat du CNDDC et la nécessité de se réapproprier les espaces d’expression. « Nous avons un problème politique avec ce pouvoir, c’est pour cela qu’il faut que tous les mouvements s’unissent pour qu’on puisse retrouver notre souveraineté », lance Tahar Belabès, coordinateur du mouvement des chômeurs. Un intervenant propose même le boycott de la rentrée sociale par tous les citoyens pour un changement pacifique en Algérie. La manifestation s’est dispersée, en début d'après-midi, dans le calme. Aucun incident ou interpellation n'ont été signalés.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
11 juin 2013 2 11 /06 /juin /2013 19:06

Le siège de la wilaya de Tizi Ouzou a été fermé, ce mardi 11 juin, par les habitants de la cité 400 logements de Drâa Ben Khedda, pour réclamer l'arrêt des travaux d'une coopérative immobilière lancés sur un espace vert de leur cité. 


Ils étaient plusieurs centaines à occuper depuis les premières heures de la matinée l'entrée du siège de la wilaya, où un impressionnant dispositif de forces antiémeute avait déjà été mis en place. Aucun responsable de la wilaya n'a accepté de rencontrer les protestataires. Ce qui a engendré une vive tension durant toute la matinée devant le siège de la wilaya. 

 

Hier lundi, une action de protestation similaire avait été organisée par les mêmes habitants qui ont occupé l'entrée du siège de la wilaya à l'aide de pneus en flammes, et d'autres objets hétéroclites. L'intervention des forces antiémeute a donné lieu à des escarmouches. 

 

En dépit du silence de l'administration, les habitants de la cité 400 logements affirment être déterminés à aller jusqu'au bout pour obtenir l'arrêt des travaux de cette construction.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 21:32

rassemblement-sante-pour-tous-alger-samedi-8-juin.jpg

Photo: DR

ODH Tizi-Ouzou : Deux rassemblements se sont tenus aujourd'hui samedi 8 juin 2013,à Paris et Alger en la même heure,  pour réclamer le droit à "se soigner dignement en Algérie".  Les manifestants qui ont répondu à l'appel lancé sur les réseaux sociaux,  ont voulu par cette action interpeller les autorités algériennes et leur demander de construire des structures de santé digne de ce nom qui vont assurer un minimum de service médical. Et aussi trouver une solution pour les cancéreux.


A Alger, une trentaine de citoyens a répondu favorablement à l'appel, et le rassemblement a été tenu malgré qu’il y a eu quelques accrochages avec les services de l’ordre.


A Paris, les manifestants ont brandi des slogans "Le droit à la Santé est inscrit dans la constitution", "Pouvoir soigne ton peuple " et "La priorité est pour les hôpitaux et non pas les prisons ".  Pour Amel Chekkat, co-organisatrice du rassemblement à Paris "A Paris, Alger, et même dans d'autres villes, nous continuerons à nous mobiliser pour l'accès aux droits fondamentaux des algériens, et pour le changement radical de ce système, un système auto-installé qui doit rendre aux algériens l'Algérie qu'il leur a volée."


Un autre rassemblement sera programmé pour samedi prochain à Alger, et le 6 juillet à Paris.


Madjid pour l’ODH Tizi-Ouzou

 

 

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article

Recherche