Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 17:29

liberte-copie-1

 

Des citoyens ont organisé, ce mercredi 30 avril, une marche à Azazga dans la wilaya de Tizi Ouzou pour condamner l’incarcération de deux personnes arrêtées lors d’une manifestation de Barakat à Alger. « C’est une manifestation pacifique qui a été organisée par des citoyens de Azazga, dont des étudiants et des amis de Mohand Kadi qui est originaire de cette ville », explique Abdelouahab Fersaoui, président du Rassemblement actions-jeunesse (RAJ).

Le 16 avril, Mohamed Kadi, militant de RAJ et l’assistant-éditeur tunisien Moêz Bennecir avaient été arrêtés par la police lors d’une manifestation de Barakat à Alger. Depuis, ils sont en prison à Serkadji. « Une délégation composée de quatre personnes a été reçue par le procureur général de Azazga. Elle lui a remis un courrier demandant la libération des deux jeunes », ajoute-t-il. Le même courrier a été adressé au chef de la daïra et au chef de la police d’Azazga.

Samedi, le Rassemblement action-jeunesse a annoncé le lancement d’une pétition pour la libération des deux jeunes militants.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
30 avril 2014 3 30 /04 /avril /2014 11:58

ODH Tizi-Ouzou: Les services de la police judiciaire de la sureté de wilaya de Mascara, ont mis fins aux agissements d’un réseau spécialisé dans les avortements, ou une d’une dizaine d’individus ont été auditionnées par les enquêteurs.

 
Un gynécologue (D.H), un technicien supérieur de la santé exerçant a l’hôpital du chef lieu (L.H), et une pharmacienne (A.F).


Le démantèlement de ce réseau est parti d’une information en datAe du mois de décembre 2013 faisant état d’un sujet d’avortement pratiqué sur une femme ou les limiers de la police judiciaire de la sureté de wilaya, apres des investigations approfondis ont interpellés une femme âgée de 39 ans et répondant aux initiales(B.K).Au cours de son audition par les éléments de la police judicaire de la sureté de wilaya, la bonne dame en question, avouera effectivement avoir subi l’opération, et ce, grâce au gynécologue élisant profession au chef lieu de la wilaya. Dans le même contexte, selon le communiqué transmis a notre rédaction émanant de la cellule de communication de la sureté de wilaya, il s’avère qu’une pharmacienne (A.F) âgée de 35 ans, se trouve parmi le lot des personnes présumés inculpés dans cette affaire. 


A cet effet, les enquêteurs ont au cours de cette recherche que l’opération d’avortement, si ce ne n’est plus, a eu lieu au domicile du technicien de la santé(L.H), non loin du cabinet médical du gynécologue.
Il est important de souligner, que les trois mis en cause ont contestés les faits au cours de leurs auditions par les services de sécurité, où ces derniers ont complètement balayés d’un revers de la main les griefs portés contre eux.


Nonobstant les faits, un autre tuyau sera filé par les enquêteurs et qui finira par s’orienter vers un médecin(F.M) élisant profession au niveau de la daïra de Zahana et dont une deuxième autre cliente des trois présumés accusés a souligné avoir accosté ce dernier sur enchère du gynécologue a vu la cette nouvelle proie rebroussé chemin, et ce, vu le prix exorbitant du comprimé Syco-Tec, medicament destiné a l’avortement.


Une troisième cliente a été aussi identifiée par les éléments de la police judiciaire ou elle a été opérée illégalement de la même manière par les mêmes individus.
Présenté ce mardi 28 vers 15H00, devant le procureur de la république près du tribunal du chef lieu de la wilaya, le médecin gynécologue(D.H), le technicien de la santé(L.H), la dénommée ’B.K’, et deux autres présumés complices, en l’ occurrence ’M.O’ et ‘A.M’ ont été placés sous mandat de dépôt. Cinq(05) autres individus ont été placés sous contrôle judiciaire dont trois(03) personnes ont bénéficié de la liberté provisoire en attendant leur comparution devant la justice, pour les délits constitution d’association de malfaiteurs et d’avortements.

 

De Mascara, Manseur SI MOHAMED

Repost 0
Published by Manseur Si Mohamed - dans Actualité
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 15:42

ODH Tizi-Ouzou: Loutichene Ali, militant du Mouvement Antisystème (MAS), un mouvement récemment créé, a été violemment arrêté aujourd’hui, mardi 8 avril, par la police et conduit au commissariat de Mekla, a appris l’ODH Tizi-Ouzou.

 

Le militant, une victime du printemps noir,  était en train d'afficher une déclaration du MAS appelant à une marche qui commencera de Oued Amizour, le 16 avril pour finir le 20 avril à Tizi ouzou, sur la place des martyrs du printemps noir.

 

Il a été relâché suite à la mobilisation des citoyens de Mekla et de son village.

 

K. T. pour l'Observatoire des Droits de l'Homme de Tizi-Ouzou

 

Repost 0
Published by K. T - dans Actualité
commenter cet article
5 avril 2014 6 05 /04 /avril /2014 14:41

survol justice algérie

 

‘La montagne qui a accouchée d’une souris !’

 
ODH Tizi-Ouzou: Le tribunal de première instance du chef lieu de la wilaya a rendu son verdict ce mercredi 2 avril concernant l’affaire 14/00906 ayant trait a la dilapidation des deniers publics, faux et usages de faux et mauvaise gestion ou plus de 180 colis alimentaires destinés aux populations les plus démunis de la commune de Tighennif a connu en ce ramadhan 2013 une véritable mascarade.
Pour rappel, en date du jeudi mars de l’année en cours, le tribunal du chef lieu, l’avocat général a requis cinq années de prison ferme assortie d’une amende d’ un(1) million de dinars a l’encontre du P/APC de Tighennif (B.L), ainsi que deux autres vices présidents , qui se sont vu requis dans cette piètre affaire trois années de prison ferme le tout assortie d’une amende de d’un(1)million de dinars chacun. Pour le chef de parc de l’apc de Tighennif, le représentant du ministère public a demandé une peine de deux (02) années de prison ferme et une amende de cent mille dinars algériens.


En effet, au cours de la délibération du mercredi 02, la présidente du tribunal a fait rappel, que la procédure relatif à l’article 219 a 222 du code pénale en vigueur de faux et usage de faux a été abandonné dans cette affaire de détournement des couffins de ramadhan ou le verdict instruit a l’encontre des quatre présumés accusés a vu le président de l’assemblée populaire communale de Tighennif(B.L) condamné a une année (01) de prison avec sursis, assortie d’une amende de 100.000 dinars algériens. Pour les deux vice-présidents de ladite assemblée se sont vu infligé une condamnation pour le premier a une (01) année de prison avec sursis, assortie d’une amende de 20.000 dinars algériens et le second a six (06) mois de prison avec sursis et d’une amende de 50.000 dinars algeriens.Pour le chef de parc, le tribunal de première instance a prononcé un acquittement purement et simplement dans cette aventurière affaire.


De Mascara, Manseur SI MOHAMED

Repost 0
Published by Manseur Si Mohamed - dans Actualité
commenter cet article
25 mars 2014 2 25 /03 /mars /2014 15:14

 survol justice algérie

 

ODH Tizi-Ouzou: Décidemment, le couffin de ramadhan mène en prison si les différents acteurs de l’assemblée populaire communale appelés à veiller à sa bonne marche, bafouent les lois de la république ce qui a enregistré de nombreuses irrégularités à l’exemple de la daïra de Tighennif, ou des produits alimentaires sont restés stockés illégalement au lycée ‘Cheriet Ali Cherif ’ durant le ramadhan 2013.


L’opération de solidarité de Ramadhan dans la wilaya de Mascara, a connu des dépassements qui ont été enregistrés dans plusieurs dairates et communes, spécialement à la daïra de Tighennif qui a vu des additions et soustractions opérées par des mains expertes sur les listes des nécessiteux.
L’affaire numéro-14/00906 qui s’est tenu au tribunal du chef lieu de la wilaya au cours de la journée du jeudi 20 du mois en cours, a vu comparaitre l’actuel président de l’assemblée de Tighennif, deux vices- président, et le chef de parc, sans compter le passage devant la barre d’ une quarante de témoins a charge et a décharge qui ont démontrés les agissements immoraux de certains responsables chargés de la distribution du couffin de Ramadhan .


Dans cette affaire, il faut souligner que la plupart des temoins a décharge, notamment des élu(e)s, qui ont été pourtant auditionnés par le juge d’instruction du tribunal du chef lieu sous’ serment’, ont démentis avoir avancé sur le procès verbal les déclarations mentionnés, et ce au cours de l’audience ou la présidente de la séance voulant plus d’éclaircicement sur cette scandaleuse intrigue, ou devant chaque passage de ces témoins un peu particulier , se sont rétractés devant la présidente de séance pour des considérations notoires.


La présidente de la séance, qui d’ailleurs, n’a pas mâché ses mots devant ce défilé d’élus témoins qui ont récusés de n’avoir pas déclarés chez le juge d’instruction de tels propos, dira en ces termes : « Donc, pour vous c’est le juge d’instruction qui a façonné a sa manière le procès-verbal !’Soyons sérieux, il s’agit dans cette affaire ou pourtant vous avez prêté serment chez le magistrat d’instructeur de dire la vérité. »
C’était tonnant, la présidente de la séance d’une intégrité extraordinaire a démontré avec philosophie sa conception de déceler a partir des rapports des services de sécurité de la daïra de Tighennif, des informations mentionnées sur les différents volumineux procès verbaux confiés au tribunal au cours de cette affaire, ou les déclarations des quatre présumés mis en cause, un certain décalage loin de la vérité dans ce qui s’est réellement déroulé.
Apparemment, toutes les questions formulées par la présidente de session au cours de l’audience aux quatre mis en causes au cours de leur passage devant la barre, n’ont pas été concluantes, et ce ,vu les témoins a charge qui ont soutenus, que de nombreuses familles démunies dans plusieurs quartiers et spécialement le ‘Douar Ouled Khamssa’,n’ont pu a ce jour ,profiter de cet élan d’ entraide de l’état providence . 
Pour rappel, le couffin de ramadhan 2013, version l’assemblée populaire communale de Tighennif a fait l’objet d’une vive contestation ou des citoyens ont envahis le parc communal ou était entreposé les denrées alimentaire destinées aux nécessiteux.
Les investigations des services de sécurité de la daïra de Tighennif, au sujet de cette affaire de stockage d’environ 179 couffins qui étaient dans un premier temps au parc communale seront charriés illégalement au lycée ‘Cheriet Ali Cherif’ au sein de la cantine par le président de l’assemblée populaire communale, et ce, sur une simple décharge (justification) du P/apc remise a l’intendant du lycée ’Cheriet Ali Cherif’.
« Vous avez une autorisation de la direction de l’éducation de la wilaya pour recueillir cette denrée alimentaire au sein du lycée? », interrogea la présidente de séances a l’endroit de l’intendant qui a été appelle a la barre en tant que témoin a décharge.
La réponse a été par la négative, ou le gestionnaire du lycée en question, fera en sorte d’expliquer que c’était uniquement par amitié, vu que l’actuel président de l’assemblée populaire de Tighennif, avait occupé le poste de directeur dudit établissement, et que les 170 couffins qui étaient entreposés ont été transcris moyennant une décharge, et dont une copie a été remise à la présidente de la séance.
« C’est illégale ce que vous avez concocté avec le président de l’assemblée populaire communale en plus de vos déclarations sur la présence du vice président ’B.B’ au cours de la livraison et de la restitution des denrées alimentaires qui étaient déposés au niveau de l’établissement secondaire chez le juge d’instruction et vos dires ce jour devant le tribunal ne tiennent pas la route. Je vous signale que si vous persistez dans ces négations, je serais obliger d’appliqué les articles 232 et 241 du code pénal, section VII intitulé faux témoignages et faux serments. », S’insurgea la présidente a l’encontre d’un témoin inconscient de la gravité des faits soldées dans cette affaire.


Idem, pour les deux vice-présidents présumés incriminés dans cette honteuse affaire ou les déclarations contradictoires devant la présidente de la séance n’ont pas reçues les faits escomptés et dont la magistrate a constaté un effritement palpable, quand le vice president’B.B’, d’obédience du rassemblement national démocratique, expliquera qui n’a jamais concocté la liste des bénéficiaires du couffin de Ramadhan. Plus loin ce dernier dira, que c’est le président de la commission, un certain ‘L.K ‘qui a prévu la liste des bénéficiaires. Vrai ou faux le président de la commission des affaires sociales, parait-il, dans sa déclaration aux enquêteurs et devant le juge d’instruction, qu’il a été évincé par le président de l’assemble populaire communale et qui n’est ni de prés ni de loin responsable de cette liste de la honte. Des faits qui ont été confirmés indirectement par des témoins à décharge et autres fonctionnaires de l’apc.
A la question de la présidente de séance à savoir, si les autorités étaient au courant de ce manège, le président de l’assemblée après hésitations, bafouillera que, ‘le chef de daïra de Tighennif et le premier responsable de la wilaya ont été avisées ‘.Ce qui reste à vérifier.
En poussant les véritables desseins des 170 colis entreposés dans un premier temps au parc communal, puis transférer au lycée pour se voir en fin de compte ramener au parc sans pour autant être distribuées, qui a fait sortir de son gong le procureur de la république, qui a mis a rude épreuve les quatre présumés mis en cause, et comme leur accoutumé ont sous-estimés les points demandés par le représentant du ministère public.


Dernier signe de recul, ou une affaire de cinq(05) couffins de ramadhan ont fait l’objet d’attribution a une même famille ’C.N’, ou le président de l’assemblée avait du mal à maitriser une réponse phare, y compris celle de 19 autres couffins dissimulées au sein du magasin sise au parc communal et dont les enquêteurs de la sureté de daïra de Tighennif ont fait état dans leur procès-verbal transmis au magistrat enquêteur.
Dans sa réquisition le représentant du ministère public, a requit une peine de cinq(05) années de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars algériens 1.000.000.00dinars, a l’encontre du P/apc de Tighennif ’B.L’du parti ‘MPA’ mouvement populaire algérien, le deuxième présumé mise en cause le vice-président du parti du ‘RND’, rassemblement national démocratique a trois(03) années de prison ferme, entendue d’une amende d’un million de dinars algériens (1.000.000.00 DA),le troisième supposé mis en cause, un autre vice-president’C.H’ a trois années (03)années de prison ferme assortie d’une amende d’un million de dinars algériens(1.000.000.00DA).Pour le quatrième présumé mise en cause, le chef de parc’K.F’,le représentant du ministère public lui requit une peine de deux(02)années de prison ferme assortie d’une amende de cent mille dinars algériens(100.000.00DA).Dans ce contexte, il y a lieu de souli gner, que les quatre présumés mis en cause ont été poursuivis conformément aux infractions suivantes :dilapidations des deniers publics , faux et usages de faux et mauvaise gestion. Des faits réprimés par le code pénal algérien en vigueur.


En attendant la délibération qui sera patente le 02 du mois d’avril de l’année en cours, la marginalisation d’un nombre très important de familles défavorisées dans cette daïra et dont la plupart des personnes rencontrés au sein du tribunal sont choqués par la manière dont ledit couffin a été distribué sous table à des personnes aisés et autres confréries, ou le clanisme se porte a merveille. Mentalités rétrogrades oblige ! (Affaire à suivre)


De Mascara, Manseur Si Mohamed, pour l'ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
11 mars 2014 2 11 /03 /mars /2014 12:28

Des centaines d’étudiants ont marché, ce lundi 10 mars à Bejaïa, contre le quatrième mandat de Bouteflika, a-t-on constaté sur place. La marche s’est ébranlée du campus Aboudaou jusqu’au siège de la wilaya où les manifestants ont organisé un meeting. Chacun des intervenants a appelé à faire barrage au quatrième mandat d’un Bouteflika « grabataire »

« On en a marre de Bouteflika », ont unanimement soutenu les intervenants. Les étudiants ont, ensuite, tenu une assemblée générale à l’université de Targa-Ouzemour pour déterminer les actions à l’avenir afin de « disqualifier les prochaines élections présidentielles », selon un participant. Du siège de la wilaya à Targa-Ouzemour, les étudiants manifestants n’ont pas cessé de scander  « Bouteflika Ouyahia, houkouma irhabia », « Y en a marre du système » et Ulac l’vot ». La manifestation s’est déroulée dans le calme.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
5 mars 2014 3 05 /03 /mars /2014 15:18

Un jeune a été tué, un autre blessé et un troisième s'en est sorti indemne, dans une bavure perpétrée, durant la nuit du lundi 4 mars, dans un barrage de gendarmerie dans la région de Mechtras, à une quarantaine de kilomètres au sud de Tizi Ouzou, a appris TSA de sources sécuritaires. 


Les victimes, des jeunes originaires de la wilaya de Bouira, étaient à bord d'un véhicule sur lequel les hommes en faction dans le barrage ont ouvert le feu.  Nos sources soutiennent que les hommes en faction ont ouvert le feu "par erreur" sur le véhicule. Ce n'est pas la première fois que des citoyens soient victimes de bavures des forces de sécurité à Tizi Ouzou et à chaque fois, la bavure est expliquée par l'erreur. 

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 14:17

ODH Tizi-Ouzou: Des membres du mouvement « Barakat », opposants au 4ème mandat de Bouteflika, ont été interpellé par les services de police ce matin, mardi 4 mars, a-t-on appris.


Dr. Amina Bouraoui, Mme. Hadda Hazem, directrice du quotidien arabophone El Fedjr, et Mehenna, un journaliste du quotidien Le Soir ont été interpellés alors qu’ils se sont rendus au Conseil Constitutionnel pour déposer une lettre demandant le rejet de la candidature de Abdelaziz Bouteflika. La police les a empêchés de rentrer au Conseil Constitutionnel et les a interpelés sur place.

 

« Jusqu’à quand la police algérienne continuerait à être au service du pouvoir au lieu qu’elle soit au service du peuple ! Bouteflika veut se briguer un 4éme mandat par force. Cela passe par l’étouffement de toute voix criant à l’opposé de ses aspirations. La répression ne date pas d’aujourd’hui mais Basta à Tout ça. BARAKAT », lit-on sur le blog du militant Meziane Abane, un des membres du mouvement Barakat suite à ces interpellations.

 

Madjid  

 

Lettre du mouvement "Barakat" au Conseil Constitutionnel : 

« A Monsieur le Président du Conseil constitutionnel. En votre qualité de Président du Conseil constitutionnel, une institution habilitée à examiner les dossiers de candidature à l'élection présidentielle, et à décider de leur recevabilité.

Vu les dispositions de la Constitution et des articles de loi relatifs aux conditions d'éligibilitédes candidats, et compte-tenu de l'état de santé du Président sortant, et sa totale incapacité à assumer ses charges constitutionnelles, et après avoir pris acte du dépôt de dossier de candidature de Monsieur Abdelaziz Bouteflika pour un 4e mandat, nous interpellons votre conscience et votre sens du devoir en mesurant l'importance de la mission qui est la vôtre, vous qui êtes à la tête de la plus haute autorité juridique du pays, pour exhorter Votre Honneur à statuer sur le cas de Monsieur Abdelaziz Bouteflika conformément à ce que dicte la loi, avec toute la rigueur et toute l'intégrité que requiert votre fonction.

Monsieur le Président du Conseil constitutionnel, le mouvement Barakat! vous fait porter une responsabilité historique quant au verdict que va émettre votre honorable institution dans ce dossier. Vous en êtes comptable devant Dieu et devant le Peuple. »

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 10:50

L'intervention des unités antiémeutes pour rouvrir la rocade sud de Tizi Ouzou a donné lieu à de violents affrontements avec les manifestants. 

Au moins deux policiers ont été blessés, selon des sources hospitalières. Lors de ces affrontements, deux manifestants ont été arrêtés par la police. Une grande tension est toujours perceptible sur les lieux de la manifestation. 

Deux manifestants ont été arrêtés, ce lundi 17 février, lors d'une intervention musclée de la police pour rouvrir la RN 12 fermée, depuis la matinée au niveau de la rocade sud de Tizi Ouzou, par la population des villages d'Ihesnaouen, dans la commune de Tizi Ouzou, a-t-on appris de sources locales. 

À travers la fermeture de cet axe routier le plus névralgique qui relie Alger à la wilaya de Bejaia, via Tizi Ouzou, les habitants des villages d'Ihesnaouen voulaient réclamer la réalisation d'un stade, comme promis par les autorités, depuis plusieurs années. 

Des milliers d'usagers ont été bloqués dans des embouteillages monstrueux qui se sont formés dans les deux sens de la route. 

À 14h30, la rocade sud a été rouverte par la police, mais la tension était toujours palpable sur les lieux. La population ne compte pas baisser les bras. 

Un projet de piscine semi-olympique devait être réalisé en 2005 à Azib Ahmed, mais contre toute attente, la population locale avait découvert le lancement de la réalisation d'un projet de mosquée salafiste sur le terrain même qui devait abriter ladite piscine.  La population s'était mobilisée en masse pour bloquer le projet de la mosquée qui échappait au contrôle de l'État.

 

Source: TSA

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article
7 décembre 2013 6 07 /12 /décembre /2013 14:11

‘C’est le pourrissement !’


Rien ne va plus entre les trente deux(32) membres de l’assemblée populaire communale de Mascara et leur président, Mr Senouci Mohamed du front de libération national a vu l’auguste assemblée ces derniers temps rentrait dans une sorte de confusion indescriptible en se dirigeant dans les méandres de cette institution. 


C’est une véritable dissension qui a détruit à néant l’apparence du ‘tout va bien ‘, ou les élus locaux se contenteront de parapher uniquement les documents délivrés par l’état civil et la gestion purement administrative de ses services, ce qui démontre l’animosité quasi flagrante entre le papc et la majorité intégral des élus qui forment l’assemblée. Les vraies raisons d’un divorce qui en dit long ne sont pas encore allongées sur la voie publique. Les rédacteurs du communiqué qui nous a été transmis a notre rédaction et émargé par les 32 élus opposants a la ligne dirigée par le président de l’assemblée faisant état d’une panoplie de griefs allant de la mauvaise gestion a la déstabilisation de l’exécutif via les prises de décisions arbitraires du premier magistrat de la ville. 


D’autres énumérations ont été inventoriées dans le communiqué font état de la déstabilisation des cadres, le personnel y compris les agents exerçant a l’assemblée populaire communale ou des propos orduriers, c’est-à-dire déplacés sont le plus souvent logés dans la bouche de l’irascible président.
Vu les dépassements mentionnés dans le présent communiqué, les 32 membres ont décidé a l’unanimité de mettre en valeur la fameuse option du ’retrait de confiance’ au président de l’assemblée. C’est le pourrissement absolu ou les scenarios du blocage planent dorénavant sur l’assemblée populaire communale.


Contacté par téléphone pour plus amples d’éclaircissements concernant le communiqué de retrait de confiance a l’encontre de Mr Senouci Mohamed, papc de la commune de Mascara, qui nous développe en ces termes :’Le code communal est clair dans cette affaire de blocage de certains élus qui créent la zizanie et dont je ne suis ni la première victime, ni la dernière. Ce n’est pas la première cuvée dans cette assemblée d’autres président élus de la commune de Mascara ont connu le même itinéraire. Enfin pour éviter le blocage tant souhaité par certains élus peu ou proue conscient de ce qui font contre leur commune, il est indispensable qu’il révise le code communal, a l’exemple de la disposition relatif au retrait de confiance. Je ne veux pas par contre faire des déclarations opposé a ma ligne de conduite en tant que président d’une assemblée qui se respecte, et ce, pour ne pas polluer davantage un environnement hautement explosif qui règne dans l’air !’.


Pour conclure, les nouvelles dispositions de la loi électorale ont-elles permis de lever certains blocages qui perdurent dans pratiquement toutes les assemblées du pays.


MANSEUR SI MOHAMED pour l'ODH Tizi-Ouzou

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Actualité
commenter cet article

Recherche