Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 14:11

Un homme de 39 ans a tenté de s’immoler par le feu, ce samedi 9 juin vers dix heures, devant le siège de la mairie de Ksar Chellala, à 120 km à l’est de Tiaret, a‑t‑on appris de source locale. Le quadragénaire venait  de déposer sa femme et ses deux enfants chez ses beaux‑parents, quand il s’est rendu près du siège de l’hôtel de ville pour s’asperger d’essence avant d’allumer un briquet. Transformé en torche humaine, sous le regard horrifié des nombreux passants, il sera sauvé d’une mort atroce par un commerçant qui l’a plaqué au sol puis enveloppé d'une couverture. Il a été transporté d’urgence à l’hôpital de Ksar Chellala et ses jours ne sont pas en danger, selon une source médicale locale.   

Aucune explication n’a été avancée quant au motif du geste désespéré de  l’homme, chômeur de son état, en attendant les conclusions de  l’enquête policière en cours.

In TSA-ALGERIE.COM  du 09.06.2012

Repost 0
Published by Paix et Justice - dans Actualité
commenter cet article
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 10:03

Plus d’un millier de soldats de l'ANP ont entamé une vaste opération de ratissage à partir de ce mardi 5 juin dans le massif forestier de Yakourène, à une cinquantaine de kilomètres à l'est de la ville de Tizi Ouzou, a appris TSA de sources sécuritaires locales. D’importants moyens aériens et terrestres sont mis en œuvre par les militaires. Une dizaine d’hélicoptères de combat et une grosse artillerie bombardent depuis les premières heures de la matinée et sans répit plusieurs zones soupçonnées d'abriter des groupes d'islamistes armés, précisent nos sources. 

Pour éviter toute bavure, la RN 12 reliant Tizi Ouzou à Béjaïa, a été fermée à la circulation durant une bonne partie de la matinée, ajoutent nos sources.

Une centaine de mortiers ont été placés aux abords de cette route pour bombarder les maquis environnants de Tamgout et de Châara, qui ont de tout temps servi de QG aux islamistes d'Al‑Qaïda au Maghreb. Aucun bilan de l'opération n'était disponible en fin de journée tandis que les bombardements se poursuivaient toujours à un rythme intense, affirment nos sources.

 Source TSA-ALGERIE.COM

Repost 0
Published by Paix et Justice - dans Actualité
commenter cet article
4 juin 2012 1 04 /06 /juin /2012 14:21

Une journée de grève et un sit-in devant le siège de la wilaya de Tizi Ouzou seront observés le 12 juin prochain par les travailleurs de l’inter caisse de la sécurité sociale affiliée à l’UGTA, regroupant la CNAS, la CASNOS, la CNR, la CNAC et le FNPOS.

La décision a été prise à l’issue d’une réunion tenue le 31 mai dernier sous l’égide des unions de wilaya et locale de l’UGTA à l’effet d’examiner les revendications des 1025 travailleurs de ce secteur.

Outre « la régularisation de date d’effet du point indiciaire à compter de janvier 2008 à 2010, à l’instar des autres organismes »  et « la régularisation du point indiciaire actuel à 45, à compter de janvier 2012, date du relèvement du SNMG », l’inter caisses de la sécurité sociale réclame « l’installation, dans l’immédiat, de la fédération nationale des travailleurs de la sécurité sociale (FNTSS) , car, la commission installée à cet effet semble oublier la cause de son existence », déplorent  les secrétaires généraux des sections syndicales des cinq caisses en question.

Sur un autre plan, les syndicalistes exigent la confirmation du personnel contractuel, la décentralisation des œuvres sociales et  l’avancement de deux catégories aux travailleurs partants en retraite

Ahcène Tahraoui, El Watan 04.06.2012
Repost 0
Published by Admin - dans Actualité
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 17:37

L'accès principal du siège de la wilaya de Tizi Ouzou a été barricadé ce jeudi 31 mai par plus d'une dizaine de camions de ramassage des ordures ménagères, a‑t‑on constaté sur place. À travers cette action de protestation, les propriétaires de ces camions, essentiellement des jeunes ayant créé leurs petites entreprises de nettoyage dans le cadre de l’Ansej, réclament à l'APC de Tizi Ouzou le versement des sommes qu’elle leur doit pour les prestations fournies pendant la grève menée par les travailleurs de la voirie communale durant l'été dernier. 

« Cela fait une année qu'on n'a pas reçu un seul dinar ! On nous dit qu'il n’y a pas d'argent », explique un des protestataires. « Lorsqu'il s'agissait de juguler un véritable problème de santé publique, on nous a sollicités pour contribuer au ramassage des monticules d'ordures ménagères qui se sont entassées dans la ville pendant plusieurs mois. Nous avons répondu favorablement et depuis, on ne cesse de faire appel à nous mais sans pour autant nous rémunérer », s’indigne‑t‑il.
 
Il est à rappeler que devant l'incapacité des services de la voirie communale à prendre en charge le ramassage des ordures dans la commune de Tizi Ouzou, les autorités locales ont fait appel début 2012 à l'entreprise française Nicolin avec laquelle un contrat de 560 millions de dinars a été signé pour une durée de trois ans. Cependant, cette société, qui évoque un problème de dédouanement de son matériel, n’a toujours pas débuté ses activités, laissant les ordures ménagères s’accumuler dans les différents quartiers de la ville. 
 
Mais les perturbations dans la collecte des ordures ménagères n'est pas le seul problème auquel est confrontée la population de Tizi Ouzou. L’anarchie qui caractérise la gestion de l'APC de Tizi Ouzou se manifeste aussi, depuis quelques jours, à travers une pénurie sans précédent d’imprimés d'état‑civil qui paralyse complètement ce service, laissant ainsi des milliers de citoyens dans le désarroi. 
Source: www.tsa-algerie.com
Repost 0
Published by Admin - dans Actualité
commenter cet article
31 mai 2012 4 31 /05 /mai /2012 12:10

Du tac au tac. Moins de 24 heures après voir accusé la direction de son parti d’avoir obtenu de nouveaux sièges au Parlement par le truchement de la fraude, l’ancien premier secrétaire national du FFS (Front des forces socialistes), Karim Tabbou, est suspendu d’activités au sein et au nom du parti. Il a été également mis fin aux fonctions de Samir Bouakouir en qualité de représentant du parti à l'étranger. Ces sanctions interviennent une semaine après que M. Ait Ahmed ait réclamé des purges contre les cadres frondeurs. 


On purge donc au FFS. « Le Premier secrétaire national, Ali Laskri a pris ce jour une mesure conservatoire de suspension de toute activité au sein et au nom du parti à l’encontre de M. Karim Tabbou, membre du Conseil national », annonce le FFS dans un communiqué publié mercredi 30 mai sur son site internet.

« Cette décision a été prise suite aux comportements et propos indignes qu’il a tenu publiquement contre le parti et ses instances », ajoute le communiqué.

Mercredi 30 mai, Karim Tabbou, 38 ans, élu député dans la circonscription de Tizi Ouzou (Kabylie), a accusé la direction du FFS d’avoir obtenu au moins 5 sièges supplémentaires dans la nouvelle assemblée en cédant aux pratiques de la fraude et de la corruption.

Fraude et bonus

« Un vrai militant du FFS ne peut accepter les pratiques de fraude et de corruption ; le FFS aurait marqué l’histoire politique de ce pays s’il avait refusé de prendre des sièges qui lui sont attribués en dehors du suffrage universel. A l’exception des sièges objets de recours sérieux et fondés (Boumerdès et Constantine), le reste n’est que bonus », affirme M. Tabbou dans cette déclaration rendue publique mercredi 30 mai.

Alors qu’il a obtenu 20 sièges à l’Assemblée le 10 mai dernier, le FFS a vu le nombre de ses sièges monter à 27 après les résultats définitifs annoncés par le Conseil constitutionnel.

Dénigrement

Pour M. Tabbou, cette majoration est un bonus offert par les autorités plutôt que le résultats du  suffrage. 

Conséquence de cette prise de position publique, M. Tabou sera traduit en conseil de discipline. Et les chefs d’accusations retenus contre lui ne sont pas des moindres.

« Conformément aux Statuts et chartes du parti,  Karim Tabbou sera traduit et aura à répondre devant la Commission Nationale de Médiation et de Règlement des Conflits pour les fautes du 3e degré suivantes : Non-respect des fondements et objectifs, des statuts et chartes du parti, dénigrement du parti, de ses militants et de ses dirigeants par des déclarations publiques et écrites, Refus volontaire d’exécuter les directives des instances du parti, confiscation de documents du parti, diffusion de rumeurs, dénigrement des cadres dirigeants », conclut le communiqué du FFS.

Ancien protégé du président du FFS, Hocine Ait Ahmed, Karim Tabbou a été porté à la tête du parti en avril 2007.

La chute du protégé

Au cours de ses deux mandats, l’homme s’est montré particulièrement virulent à l’égard du pouvoir algérien et aura réussi à faire la chasse aux cadors du FFS. En novembre 2011, il a néanmoins été brusquement dégagé de la direction en faveur d’Ali Laskri.

Son départ aura été le prélude à la participation du FFS aux élections législatives de mai 2012 après le boycott des deux précédentes mandatures de 2002 et 2007.

Cette participation ainsi que la confection des listes électorales auront provoqué des remous au sein du parti tant et si bien que des cadres se sont désolidarisés de leur direction pour réclamer, qui un débat qui une refondation du FFS.

Purges

Bien sûr, Hocine Ait Ahmed a peu goûté ces critiques.

Dans un message adressé lundi 21 mai à la direction du FFS, M. Ait Ahmed a réclamé des sanctions contre les cadres qui ont critiqué le parti.

« Il m’est parvenu des informations sur des comportements indignes de la part de responsables ou de figures importantes du parti à l’occasion de ces élections. J’ai demandé à ce que tous les manquements soient rapportés et dûment consignés dans des rapports qui seront discutés dans les instances du parti et sur lesquels je souhaite être tenu informé au plus tôt », écrivait Hocine Ait Ahmed dans ce message envoyé à partir de Suisse où il s’est installé depuis plusieurs années.

Une semaine après cette injonction, M. Ait Ahmed est pris au mot.

Dégagement

Autre cadre à faire les frais de ces purges annoncées, Samir Bouakouir. Ainsi M. Ali Laskri a également mis fin ce mercredi 30 mai aux fonctions de Samir Bouakouir en sa qualité de représentant du FFS à l'étranger, mission qu'il occupe depuis le 9 décembre 2011.
Dans une tribune publiée par DNA, M. Bouakouir a critiqué sa direction et appelé à une conférence des cadres du FFS.
La saison des purges est ouverte.



Lire l'article original : Karim Tabbou suspendu, Samir Bouakouir dégagé : Les purges sont ouvertes au FFS | DNA - Dernières nouvelles d'Algérie 

Repost 0
Published by Paix et Justice - dans Actualité
commenter cet article
8 janvier 2012 7 08 /01 /janvier /2012 15:29

Draâ Ben Khedda : Rassemblement des travailleurs, hier, en présence de représentants de partis politiques

 

Le rassemblement des travailleurs de la laiterie de Draâ Ben Khedda a drainé une foule nombreuse, dans la matinée d’hier, sur une esplanade attenante au siège de l’entreprise.

Des banderoles et un immense emblème national ont été déployés. Le décor était ainsi planté. Le rassemblement a vu la présence, en plus des représentants de la section syndicale de la laiterie, de nombreux invités de marque, des partis politiques, dont le FFS, le PT, le FLN, le MSP, des députés et des élus, ainsi que des représentants de la section locale des enfants de Chahid et ceux de la Ligue des droits de l’homme. Dans leurs interventions, les représentants des partis politiques n’ont pas lésiné sur les termes pour dénoncer ce qui se passe dans la laiterie. Le représentant de la section syndicale a entamé son discours en narrant la genèse de l’infrastructure laitière depuis sa construction : «C’était le fleuron de l’industrie dans la région. Elle était à jour dans les versements des salaires des travailleurs, la qualité des produits était irréprochable... Mieux, juste avant sa privatisation, elle avait fait un bénéfice de 40 milliards. De l’argent qui allait dans les caisses de l’Etat, lequel l’utilisait pour d’autres projets au service des citoyens. Concernant sa privatisation, nous disons qu’elle a été bradée. Elle se retrouve dans des situations inextricables, telles que celle que nous vivons aujourd’hui. On ne privatise pas une usine qui fait des bénéfices !».

Les intervenants s’accordaient tous à dire que «cette usine a été bradée. Le repreneur n’a pas respecté les cahiers de charges et les autres conditions pour sa privatisation, contrairement à ce qu’il avançait à qui voulait l’entendre. L’investissement dont il parlait est un mensonge ! L’amélioration de la qualité, la création d’emplois… tout cela n’a pas été fait, c’était de la poudre aux yeux, pour exemple, l’engagement de création de 150 postes n’a pas été respecté. Les travailleurs qui sortent en retraite ne sont pas remplacés». Dans leurs interventions, les représentants des partis politiques et de la société civile ont été unanimes quant à la légitimité des revendications des travailleurs, lesquels demandent le retour de l’Etat, car, selon eux, «les dénonciations qui sont faites ne peuvent être sans réactions de l’Etat algérien qui se devait d’ouvrir une enquête». D’ailleurs, cette revendication a été satisfaite puisque une commission d’enquête, regroupant trois institutions, PME/PMI, Agriculture et Giplait, y a été désignée. Un rapport préliminaire a été formulé et présenté à qui de droit. Les travailleurs attendent la suite. Toutes les autorités du pays sont au courant du problème de la laiterie de Draâ Ben Khedda, les travailleurs des entreprises nationales qui ont été privatisées et qui vivent les mêmes problèmes soutiennent la démarche des travailleurs. «Le ministre de l’Agriculture sera interpellé lors des débats qui se dérouleront à la prochaine plénière de l’ APN», avance le représentant du PT qui ajoute que la politique de privatisation n’a rien donné ! Ainsi, le problème de la laiterie de Draâ Ben Khedda est devenu une préoccupation nationale car les travailleurs de cette usine ne veulent pas lâcher du lest. Ils sont déterminés à aller jusqu’au bout de leur «combat».

«Un rassemblement devant le tribunal jeudi prochain»

Lors d’un point de presse organisé dans un café, puisque l’autorisation de le tenir au Centre culturel leur a été refusée, les représentants des travailleurs sont allés plus loin dans leurs dénonciations. «Tous les responsables crédibles et honnêtes ont démissionné de leurs postes car le patron les obligeait à exécuter des actions, à faire des opérations comptables contraires à la réglementation. C’est le cas du DAF, du Directeur commercial, des laborantins, entre autres. Des quantités de lait sortaient de l’usine sans facture. Ce lait était revendu à Bouira. L’argent des recettes n’est jamais entré dans les caisses de l’usine. Les machines importées du Maroc comme étant neuves se sont avérées anciennes. Elles ne produiront ni lait, ni fromage, avait avancé le Français qui s’occupait de leur montage».

Concernant les 39 travailleurs poursuivis en justice, ils «seront jugés le 12 Janvier 2011», affirment les représentants des travailleurs de la laiterie qui lancent un appel à un sit-in devant le tribunal de Tizi-Ouzou le jour du procès. Un collectif de dix avocats les défendra, selon eux. Enfin, les travailleurs n’omettent pas de citer l’unité de Béni Tamou (Blida) qui, depuis sa privatisation il y a trois ans, a innové avec trois produits nouveaux. Celle de Draâ Ben Khedda «a excellé dans le détournement, dans l’emploi de la matière première périmée, dans des ventes non comptabilisées...». Les mêmes représentants relèvent que «ce même patron a fait l’objet d’une mesure de suspension des produits dénommés fromage camembert Le Roux et fromage camembert crémeux Le Campagnard. La mesure avait été prise par la direction du Commerce», disent-ils.

Arous Touil

Repost 0
Published by La Dépêche de Kabylie - dans Actualité
commenter cet article

Recherche