Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 août 2012 5 10 /08 /août /2012 15:43

 

Interview : Me Hocine Zehouane, président de la Ligue des droits de l’Homme     


zehouane.jpg


L’avocat Hocine Zehouane est président de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme. Dans cet entretien, il revient sur la situation des réfugiés syriens en Algérie, particulièrement la décision du gouvernement de ne pas leur accorder le statut de réfugié politique (lire).

 
Les ressortissants syriens se trouvant actuellement en Algérie ont‑ils le droit de bénéficier du statut de réfugié ?
 
Oui ! Quiconque a été obligé de quitter son pays pour des raisons politiques ou liées à la guerre a le droit de bénéficier du statut de réfugié quand il se retrouve en territoire étranger. L’Algérie est soumise aux conventions et pactes internationaux qui obligent à traiter les personnes contraintes de quitter leur pays comme des réfugiés. Abstraction faite de la manière avec laquelle ils sont rentrés sur le territoire national.
 
 
Pour le gouvernement algérien, ces personnes continueront à être régies par l’accord relatif aux conditions d’entrée, de séjour et de circulation des personnes conclu entre les deux pays…
 
Ce n’est pas applicable vu les circonstances actuelles, à mon avis. Tout le monde sait dans quel état se trouve la Syrie, aujourd’hui. Quand on a le statut de touriste, cela veut dire qu’on se prend en charge soi‑même et qu’on est venu pour son plaisir et cela contredit la réalité. C’est une position qui ne tient pas la route.
 
Je pense que les autorités algériennes ne maîtrisent toujours pas la situation. D’ailleurs, elles ont laissé faire jusqu’à un certain moment. D’un autre côté, les Syriens devaient se déclarer en arrivant, dire qu’ils ont quitté leur pays pour telle et telle raison.
 
 
Ce refus d’accorder le statut de réfugié aux ressortissants syriens serait‑il lié à des contraintes pour le pays d’accueil ?
 
Il y a des obligations d’entretien, de santé, de scolarisation. C’est le problème de fond quand on accueille quelqu’un en tant que réfugié. On lui doit assistance sur le plan matériel, la protection, un document pour lui permettre de circuler et de voyager.
 
 
Le statut de réfugié fait également peur aux Syriens. Y a‑t‑il une explication ?
 
Il y a des contraintes. Quand on est réfugié, on est dans des centres. On est recensés. On est probablement astreint à certains contrôles. On n’a pas, non plus, le droit de quitter le pays sans autorisation ou déclaration, etc.

 

 

In Tout Sur l'Algérie du 08/08/2012

Partager cet article

Repost 0
Published by Madjid - dans Interviews
commenter cet article

commentaires

Recherche