Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 août 2013 4 15 /08 /août /2013 14:36

Le rejet des prénoms amazighs par les services de l’état civil se poursuit dans certaines mairies, en dépit de l’instruction du ministre de l’Intérieur Dahou Ould Kablia d’enregistrer des prénoms berbères.

Samedi, l’APC d’Arris, à Batna, a refusé d’inscrire un nouveau-né sous le prénom de Gaïa, dénonce Me Koceïla Zerguine de la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (Laddh).

« L’officier de l’état civil leur a indiqué qu’il ne pouvait pas donner un prénom qui n’a aucun sens (à l’enfant) », explique-t-il, avant d’ajouter : « il s’agit d’une discrimination raciale flagrante mais le code pénal algérien […] n'incrimine pas la discrimination. Ceci encourage les officiers de l'état civil à imposer leur dictat ».

Me Zerguine compte introduire une requête, dans les jours à venir, auprès du procureur du tribunal d’Arris pour inscrire le petit garçon « qui est resté sans prénom depuis plusieurs jours », selon lui. « Il ne suffit pas de faire des déclarations dans la presse », ajoute-t-il, en faisant allusion aux propos des responsables concernant l’adoption de la liste des 300 prénoms amazighs.

Le 24 juillet dernier, M. Ould Kablia avait déclaré à Tindouf que « 300 noms en Tamazight seront désormais écrits en langue arabe ».

 

Source: TSA

Partager cet article

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou
commenter cet article

commentaires

Recherche