Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2012 1 30 /07 /juillet /2012 18:23

La lutte contre le harcèlement des "déjeuneurs" du Ramadhan par les autorités ne peut être conçue sans l’engagement des concernés, affirment des militants des droits de l’Homme. « On ne peut pas soutenir quelqu’un qui ne le souhaite pas », tranche Arezki Aït Larbi, fondateur du collectif SOS libertés pour la défense de la liberté de conscience et de culte.

Aït Larbi cite le cas de Farès Bouchouata. En 2010, ce jeune a écopé de deux ans de prison ferme et d’une amende pour avoir rompu le jeûne dans une maison abandonnée au centre‑ville d’Oum El Bouaghi. « Sa famille et son avocat nous ont fait savoir, à l’époque, qu’il n’était pas souhaitable qu’on fasse débat autour de son cas, la suite vous la connaissez », explique‑t‑il. La même année, alors que deux non‑jeûneurs de Aïn El Hammam, Hocine Hocini et Salem Fellak, ont été relaxés grâce notamment à une forte mobilisation de la société civile, Farès Bouchouata sera quant à lui condamné.  « Il faudrait que la personne [concernée] assume. Qu’elle ne dise pas, par exemple, qu’elle était malade et qu’elle était en train de prendre des médicaments », ajoute Arezki Aït Larbi.
 
La Maison des droits de l’Homme et du citoyen de Tizi Ouzou, affiliée à la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’Homme (Laddh dirigé par Me Hocine Zahouane) est du même avis. « On ne peut décider à leur place ce qu’il y a lieu de faire », estime Arezki Abboute, responsable de la structure.  « Quand on s’engage dans une affaire, la défection éventuelle de la personne concernée nous met dans une situation difficile », précise‑t‑il.
 
Aujourd’hui, ces organisations disent attendre l’évolution de l’affaire survenue vendredi à Beni Douala, dans la wilaya de Tizi Ouzou, où un jeune homme, Slimane, a été roué de coups par la police alors qu'il était en train de casser la croûte en plein jour. Elles promettent d’intervenir si des poursuites judiciaires sont engagées par les autorités ou par le non‑jeûneur agressé. 

 In TSA-ALGERIE.COM 29/07/2012 à 21:25

Partager cet article

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Recherche