Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 11:29

Le 25 septembre 2012, quatre militants de divers Mouvements sont convoqués devant la justice pour avoir appelé à un rassemblement de soutien à un autre militant, et sont poursuivis pour «attroupement illégal non armé».

En Algérie, le système politique manœuvre encore pour empêcher la cristallisation d’une alternative démocratique. Il va même jusqu’à placer une grande partie de la société sous la pression de la paupérisation. Il empêche également la Société Civile de s’organiser et de s’autonomiser vis à vis du pouvoir central, en réprimant ce qui forme justement le socle de cette autonomisation: le citoyen et le militant.

 

Les militants politiques, les militants des droits de l’Homme, les citoyens qui réclament leurs droits, les syndicalistes qui exercent leur droit syndical ou toute action démocratique et publique ne sont que hantise pour le pouvoir. La liberté de manifester est liée à la question de l’occupation citoyenne de l’espace public ,au moment où le pouvoir prétend faire avancer l’Etat de droit en luttant contre le commerce informel ,il refuse l’action citoyenne c’est une contradiction entre le discours et la pratique.

L’appareil judiciaire a montré sa totale dépendance vis-à-vis du pouvoir exécutif et s’est incliné plusieurs fois devant les volontés du procureur, représentant du Ministère Public, comme le prouvent différents verdicts injustes et arbitraires.

 

Cette dérive est dans la nature du système, elle est le fait d’un Etat non démocratique, voire même anti-démocratique. Le droit de manifester dans les lieux publics est lié à la liberté de conscience et d’expression dans le sens où une liberté sans la possibilité de la mettre en pratique publiquement n’est pas une liberté.

 

Le droit à manifester est un droit pleinement consacré par la Constitution et toutes les conventions internationales ratifiées par l’Algérie. La loi fondamentale consacre ce droit sans aucune ambiguïté et sous toutes ses formes.

 

Aujourd’hui, le monde connaît des bouleversements majeurs. La société civile se forme, les médias se libèrent et la parole du citoyen ordinaire prend sa place sur la scène politique. C’est la consécration du droit sous toutes ses formes, du droit de choisir le pouvoir politique au droit de réunion, en passant par le droit au développement économique, le droit à la dignité humaine, le droit d’expression et le droit à l’égalité, mais aussi le droit de dire « non ». On consacre ainsi la citoyenneté globale et ses implications éthiques, politiques et juridiques.

  

Nous, les signataires,

- exigeons l’abandon des charges retenues contre les militants Algériens des Droits de l’Homme.


- sommes déterminés à mener la bataille politique pour reconqu  érir le droit à manifester et pour mettre fin à l’instrumentalisation de la justice

 

- demandons la fin de toutes les interdictions de manifester et le harcèlement juridique des militants


    - réclamons la protection des défenseurs des droits de l’homme De cette manière, nous introduirons dans une nouvelle équation, le concept de droits de l’homme comme principe fondamental et condition indispensable de tout changement démocratique.

Cliquez [Ici] pour signer la pétition

Partager cet article

Repost 0
Published by ODH Tizi-Ouzou - dans Alerte
commenter cet article

commentaires

Recherche