Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 18:23

chadli-bendjedidsurvol.png

 

L’ancien président algérien, Chadli Bendjedid est mort en milieu d’après-midi à l’hôpital Ain Naadja, à Alger où il a été admis hier matin des suites de complications graves d’un cancer de la prostate qui le ronge depuis des années. Certaines sources ont annoncé qu’il était cliniquement mort vers le milieu de journée avant que la nouvelle ne se confirme peu à peu au fil des heures. L’ex-chef de l’Etat algérien était beaucoup plus enclin à se soigner à l’étranger, notamment en France. Mais cette fois, il serait rattrapé par la détérioration de son état qui rendait son transfert quasiment impossible.

Après la guerre, Chadli Bendjedid avait gravi tous les échelons et dirigé la 2eme région militaire (Oran). A mort de Boumediène, cet autre dictateur des années 1970, Chadli fut nommé par la sécurité militaire comme président avant qu’il ne soit poussé à la porte en 1992. Son règne a été aussi marqué par une répression féroce qui s’est abattue comme une main de fer contre toute voix discordante, en particulier la revendication identitaire. Nombreux étaient les militants qui ont été emprisonnés, torturés, d’autres poussés à l’exil. Le règne de Chadli a été aussi marqué de longues années de crise économique et sociale et de privation. Après dix huit années de silence, Bendjedid, 80 ans, comptait publier ses mémoires, chez ‘’Casbah Edition’’ le 1er Novembre prochain.

Dans le premier tome de 280 pages, le cinquième Président Algérien, après Ferhat Abbas, Youcef Benkhedda, Ahmed Benbella et Houari Boumediene, raconte sa vie, depuis son adolescence et sa jeunesse jusqu’à son incorporation en 1956 dans les rangs de l’Armée de Libération Nationale, et fait des révélations fracassantes, alors qu’il était au maquis. A l’indépendance, M. Bendjedid, consacre un chapitre aux raisons et motifs qui avaient motivés feu Houari Boumediene, à le désigner à la tête de la deuxième région militaire. Une région très importante militairement, un vaste territoire stratégique frontalier avec le pays frère du Maroc, dont le défunt Roi Hassan II, convoitait depuis l’indépendance le territoire de Tindouf.

Ironie du sort ! Chadli est ainsi mort presque un 5 octobre, date à laquelle ses chars avaient écrasé des certaines de personnes lors du soulèvement du 5 octobre 1988.

Source: Tamurt

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Madjid - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Recherche