Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 15:20

1202att_prepcom.jpg

 

La communauté internationale retiendra son souffle lors de la conférence diplomatique qui aura lieu du 2 au 27 juillet prochain aux Nations Unies à New-York.

En effet, un traité historique  visant la régulation du commerce des armes classiques entre les Etats en vue de sauver des vies et de lutter contre la pauvreté sera négocié et vraisemblablement adopté. L’Algérie a toujours voté depuis 2006, date du début du processus, en faveur des résolutions onusiennes relatives à ce traité.

Nous suivons les avancées de ce traité depuis plusieurs mois étant donné son importance et nous nous inscrivons dans le cadre de la campagne internationale de la coalition internationale d’ONG « Control Arms » qui réclame un instrument international juridiquement contraignant depuis 2003 en raison des conséquences désastreuses de ce commerce meurtrier sur les vies humaines.


En effet, si le processus en cours est bien engagé, il n’en montre pas moins que de nombreuses disparités d’approches existent entre les Etats quant aux paramètres d’un tel instrument et notamment sur les types d’armements classiques qu’il devrait couvrir. A cet effet, nous pensons que le périmètre du TCA devrait être le plus large possible et inclure tous les types de matériels de guerre (y compris : composants, et munitions, les armes légères et de petit calibre, ainsi que matériel de sécurité et de police comme les gaz lacrymogènes), ainsi que tous les types de transferts d’armes (exportations, transit, les réexportations, les transferts temporaires…).  Il est nécessaire de se mobiliser pour que la communauté internationale  notamment les plus grands exportateurs d’armes au monde (Etats Unis, Russie, France…) adopte un traité réellement efficace, un traité qui change la donne sur le terrain en sauvant des vies.


Le peuple algérien a souffert pendant des années des conséquences de l’absence de régulation du commerce des armes. En effet, en octobre 1988 ou lors du printemps noir 2001 en Kabylie, les services de sécurité ont utilisé des armes classiques pour réprimer des manifestants non armés, résultats : des centaines de morts et de blessés. Lors de la décennie noire, des groupes terroristes avaient fait usage du même type d’armes pour liquider des intellectuels, paysans, femmes, enfants…il en a découlé des centaines de milliers de morts, de blessés, d’orphelins, d’exilés…


Au niveau régional, plusieurs conflits ont éclaté il y a  quelques mois, notamment sur nos frontières avec le Mali et la Libye. Notre région connaît une circulation très inquiétante d’armes classiques, ce qui met la sécurité des Algériens en danger encore une fois.


En tant que militants des droits de l’Homme, nous devons réagir pour que ce genre de dépassements ne se reproduisent plus et que le TCA empêche tout transfert international d'armes qui risque de contribuer à alimenter des conflits, commettre de graves atteintes au droit international relatif aux droits humains ainsi qu’au droit international humanitaire.


Nous lançons un appel pour que l’Algérie défende en juillet prochain un traité réellement efficace qui respecte les droits de l’homme et protège les populations.

 


Abdou BENDJOUDI : Militant des droits de l’Homme ,Club des Démocrates Algériens

  Yacine Zaid: Syndicaliste autonome et membre du conseil national de la (LADDH)

                                                                                                                         

Partager cet article

Repost 0
Published by Paix et Justice - dans Communiqués
commenter cet article

commentaires

Recherche