Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 10:37

_Avec.jpg

 

A la veille du forum social urbain qui se tiendra à Napoli en Italie ce mois de septembre, nous avons rencontré M. Hakim Salmi, président du comité « SOS expulsions » pour nous parler de l’expulsion des familles en Algérie, un problème que M. Salmi a qualifié de « vraie bombe à retardement ».

 

Rappelant que le comité « SOS expulsions » a été créé en juillet 2009, sous l’égide de la Ligue Algérienne pour la Défense des Droits de l’Homme que préside Me. Hocine Zahouane, à la suite de la recrudescence des expulsions, M.Salmi précise que « depuis sa création notre comité, à travers des requêtes et des demandes de prise en charge, a essayé d’attirer l’attention des plus hautes autorités du pays mais l’Etat continue à faire la sourde oreille à nos doléances, alors que depuis juillet 2009, nous n’avons cessé d’animer plusieurs conférences de presse pour soulever ce problème des expulsions ».

 

Le président du comité « SOS expulsions » dénonce ce mépris en affirmant qu’«on a même rédigé une plateforme de revendications que nous avons publiée dans la presse […] mais là aussi pas de réponse. En 2011, le comité a même envoyé 41 requêtes à diverses autorités et nous n’avons reçu que 4 réponses et même celles-ci étaient des réponses évasives qui ne répondaient pas à nos attentes, c’est dire que les autorités ne prennent pas en considération les requêtes des citoyens et des associations» ajoute notre interlocuteur.

 

Contestant la politique étatique de relogement, M.Salmi déclare que « notre comité est contre la politique exercée par les autorités dans le domaine du relogement, car l’Etat est en train de reloger les habitants des constructions illicites au lieu de donner la priorité aux familles qui ont été expulsées de leurs logements et qui se retrouvent du jour au lendemain sans abris ou contraintes à la location qui n’est à la portée d’aucun citoyen algérien. Cette politique encourage les gens à aller vers l’illicite» constate notre interlocuteur.

 

Le président du comité « SOS expulsions » martèle qu’«on veut nous imposer, l’idée d’une crise de logement,  je dirais non, il n’y a pas une crise de logement mais une grave crise de gestion. C’est pour cela que nous demandons aux autorités de revoir la politique actuelle du logement et de mettre en place un fichier national du logement en donnant la priorité aux familles expulsées dans le cadre du programme du relogement, car ce problème est une vraie bombe à retardement. »

 

Propos recueillis par Madjid Serrah

Note :  Photo prise lors d’une rencontre du comité « SOS expulsions » avec Mme Raquel ROLNIR rapporteuse du droit au logement convenable auprès de l’ONU lors de sa visite en Algérie en Juin 2011.

Partager cet article

Repost 0
Published by Admin - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

Recherche